Saint Sulpice évêque de Bourges, notre saint patron

Saint Sulpice évêque de Bourges, notre saint patron

Né en 570, à Vatan, dans le Berry, Sulpice a été envoyé par ses parents à la cour, comme page du roi franc Gontran, petit-fils de Clovis. A 16 ans, son père l’oblige à travailler à l’exploitation agricole familiale, alors qu’il veut devenir moine.
En 612 Saint Outrille, évêque de Bourges, ayant entendu parler de sa droiture, l’appelle à son service, le nomme archidiacre, gérant de la maison épiscopale, responsable de l’assistance des pauvres et gérant de l’école cathédrale.


Ordonné prêtre en 618, à 48 ans, il devient aumônier des armées du roi Clotaire II. Mais, six ans plus tard, à la mort de Outrille, les chrétiens de Bourges le réclament comme évêque : il devient évêque de Bourges et archevêque d’une très grande Province qui comprenait aussi les diocèses de Clermont, Limoges, Cahors, Albi, Rodez, Mende et Le Puy. Son souci des pauvres le pousse à fonder le premier Hôtel-Dieu de la ville. Il meurt le 17 janvier 647, il y a 1374 ans aujourd’hui !
L’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, fondée au VIème siècle par un roi mérovingien, Childebert 1er, a placé notre église paroissiale sous la protection de ce grand serviteur des rois mérovingiens qu’avait été Saint-Sulpice.


Ce week-end, c’est donc la fête patronale de notre église. C’est l’occasion de rendre grâce à Dieu pour tout ce qui s’y vit de beau et de confier tout ce qui doit encore s’y développer. C’est aussi l’occasion de nous réapproprier notre saint patron.
Saint Sulpice est un saint un peu oublié dans la spiritualité française, mais c’est un saint très populaire dans l’histoire de l’Église puisque 75 églises en France portent son nom, 6 en Belgique et une au Canada. 42 communes actuelles et 10 anciennes communes portent également son nom en France… C’est dire le nombre de sulpiciens (habitants des communes appelées Saint-Sulpice) en France !
Une première manière d’accueillir notre Saint Patron c’est donc de vivre une communion spirituelle avec toutes les personnes qui vivent de manière consciente ou inconsciente sous le patronage de Saint Sulpice. Nous faisons partie de ces nombreux héritiers spirituels de ce grand saint. Cela nous décentre un peu de Paris et nous ouvre à la vie chrétienne de notre pays et de nombreuses réalités rurales.
Saint Sulpice a été choisi comme évêque parce qu’il était un homme droit et intègre. Comme le Christ pendant ses 30 années à Nazareth, Sulpice n’a pas fait parler de lui avant 50 ans. Il s’est enraciné dans la vie chrétienne, exerçant son métier simplement, attentif aux pauvres. Il est devenu progressivement un pilier de la maison épiscopale… non pas par promotion, mais par son esprit de service et de communion. À sa suite, nous sommes invités à vivre l’humble enracinement de notre foi dans la simplicité du quotidien comme un lieu de fécondité pour toute l’Église.
Saint Sulpice est un exemple de vocation tardive : prêtre à 48 ans et évêque à 54… au VIIème siècle c’était très âgé… Il n’aurait pas pu être le pasteur qu’il a été sans un profond ancrage dans la vie spirituelle durant les années qui ont précédé son ordination, mais il n’empêche que sa vie pastorale de prêtre et d’évêque a été extrêmement féconde jusqu’à sa mort. Je trouve que c’est dynamisant pour une part importante de notre population paroissiale qui profite de la retraite pour être de manière très active au service de notre paroisse. Alors quand la fatigue est là, prions saint Sulpice !
Saint Sulpice a été aussi un grand pasteur, qui a marqué son diocèse et bien d’autres. On peut retenir notamment son souci des pauvres avec la fondation d’un hôpital. Nous pouvons lui confier le rayonnement pastoral de notre paroisse et notre attention au service des plus pauvres.
Alors que beaucoup de saints sont connus indépendamment des lieux de culte qui leur sont dédicacés, ici, c’est plutôt le contraire. C’est grâce à notre église Saint-Sulpice que la plupart d’entre nous avons entendu parler de notre Saint Patron pour la première fois… Mais après tout, n’est-ce pas la meilleure manière d’honorer les saints que de faire en sorte que les gens aient envie de découvrir Saint-Sulpice grâce à la vitalité de notre paroisse ?
Alors bonne fête à tous !
Père Henri de la Hougue